Comment gérer une équipe multiculturelle ?

Les entreprises qui se développent à l’étranger ont l’opportunité de manager des employés issus de plusieurs nationalités, de cultures différentes, et qui ont potentiellement des manières de travailler opposées. C’est une réelle richesse pour l’entreprise à condition de savoir appréhender les différences culturelles. Voici quatre astuces qui peuvent vous aider à améliorer la communication entre vos collaborateurs.

 

Avez-vous entendu parler du management interculturel ?

Le management interculturel consiste à améliorer les relations entre les collaborateurs de culture différente au sein d’une entreprise en profitant des bénéfices que peut offrir chaque culture.

1) Ne pas tenter d’uniformiser ou de créer une culture standard d’entreprise qui s’adapte à tous :

Beaucoup d’entreprises ont eu l’idée de palier le problème de la culture en instaurant une manière de travailler standard qui conviendrait à tout le monde.

Au contraire, il est préférable de mettre en place le dialogue, écouter au plus les membres de l’équipe afin de comprendre comment ils pensent, comment ils fonctionnent, le but étant de faire de leurs différences une force.

 2) Quelques exemples de différences culturelles dans le cadre professionnel (cf : exemples tirés de l’article Une « cartographie» des différences dans les cultures de management, par Jean-Laurent Cassy)

Coopération Franco-allemande :

  • Les allemands ont tendance à être plus rigides face aux deadlines et au respect des horaires, contrairement aux français qui sont réputés plus flexibles.
  • En revanche, les deux partagent le respect pour la hiérarchie ainsi que l’importance de communiquer sur les problèmes ou désaccords survenant entre les collaborateurs. Et ce, dans le but de les résoudre au mieux.

Collaboration Franco-américaine :

  • Les cadres français se montrent plus indirects dans leur communication que les cadres américains qui, eux, sont plus directs dans leur manière d’aborder les thèmes. Ces différences s’expliquent par les divergences qu’il existe entre les systèmes pédagogiques respectifs des deux pays.
  • Les américains préfèrent rendre leurs critiques positives en y mettant les formes, tandis que les français ne s’encombrent pas de ces formalités et n’hésitent pas à faire ressortir les côtés négatifs.

Duo Franco-nippon :

  • Les japonais sont très attachés à la conservation de la cohésion du groupe, ce qui les poussent à éviter toutes disputes ou critiques faites ouvertement par rapport aux français qui n’ont pas forcément ce genre de réactions aussi protectrices vis-à-vis du groupe.

3) Booster le team-spirit

Il est important, lors d’événements de teambuilding de faire en sorte que les employés soient sensibilisés à la culture de chacun. Cela peut passer par un repas étranger, la célébration d’une fête traditionnelle, etc. Cela aura pour effet d’aider à l’intégration des membres de l’équipe. Plus les collaborateurs sont ouverts aux autres plus leurs performances au travail sont bonnes.

4) Désigner ou engager un manager interculturel

Il est une pièce maîtresse dans le casse-tête qu’est la gestion d’une équipe multiculturelle. Pour cela, il faut disposer d’une personne ayant les compétences nécessaires à la compréhension des deux (ou plus) cultures qui entrent en jeu. Car cet individu aura la capacité d’appréhender et de concilier les habitudes, traditions de chaque nationalité. Il sera à même de proposer des solutions, les faire appliquer pour que la vie en entreprise soit la plus épanouissante possible pour tous ses collaborateurs.

C’est l’une des problématiques à laquelle nous répondons avec Speaking-Talent. Notre objectif étant de recruter des profils multilingues, natifs de l’étranger, capable de surmonter ce genre de situations de par leur parcours et leurs compétences professionnelles.

Si vous recherchez des profils capables de répondre à ces circonstances extrêmement spécifiques, faites appel à Speaking-Talent et à notre base de talents multilingues rassemblant plus de 68 000 candidats.